Nouvelle parue dans le numéro 33 de la revue Dissonances 

 

Extrait : "Le vieux est mort il y a deux jours. Sa femme s’est approchée du lit pendant qu’il dormait et lui a donné un coup de masse sur la tête. Pourquoi ? Je n’en sais rien, c’est l’affaire des flics. Mais elle n’a pas nié son geste. Moi, mon boulot, maintenant, c’est de le rendre présentable à la famille. Sa fille, la quarantaine passée, m’a demandé de lui mettre le costume qu’il portait à son mariage. Étrange requête. Si son épouse le haïssait au point de lui broyer les os du crâne, pourquoi célébrer, post mortem, une union mortifère ?"

http://revuedissonances.com/gault-veronique-extraits/

Un avis dans la revue de poésie Décharge