Véronique Gault

23 novembre 2017

Le grand méchant loup

Nouvelle parue dans le numéro "suspense"

de la revue Bloganozart

https://www.scopalto.com/revue/bloganozart

Résultat de recherche d'images pour "bloganozart"

Extrait : "Vingt ans plus tard, un parc d'attractions est venu s'installer à proximité de notre terrain. Des trains fantômes, des chenilles, et une grande roue qui surplombait tout. C'était beau, ça faisait de la lumière. Ces traîtres d'enfants ont fini par bouder notre manège pour aller caracoler sur d'autres montures. Les tout petits venaient encore, mais ça n'a pas suffi. Les affaires ont dégringolé comme les cailloux dans le lit du torrent. Il a fallu faire des petits boulots à droite, à gauche, du bricolage, des travaux saisonniers, tout ce qui pouvait rapporter quelques pièces."

Posté par matata à 15:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 juillet 2017

Requiem pour une nymphe

Nouvelle parue dans le recueil "Naufrages et épaves"

aux éditions des Embruns

essai bleu-1499247539994

 

Disponible à la vente : https://editions-des-embruns.fr/catalogue.html#!/products/naufrages-épaves.html

Extrait : " Dès le printemps, nous allions nous baigner dans les vagues. Quelquefois, je m'éloignais à l'autre bout de la plage, m'asseyais sur un rocher et regardais la mer. Je me disais qu'il serait agréable d'être à mon tour une sirène. Sauter au dessus de l'écume, plonger au fond des océans, chanter pour les marins, surgir de l'eau en secouant les cheveux, et d'un coup de queue, me lancer à la poursuite des navires battant pavillon étranger. "

Posté par matata à 18:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2017

Lune brune

Nouvelle lue au cours du

festival Kikloche 2017

Résultat de recherche d'images pour "kikloche"

Extrait : " Avons-nous peur de la mort ? Comment répondre à cette question ? Peur de notre propre jugement, peur de n'avoir à supporter que le joug de l'ennemi, alors que le pire, je le sais, est à venir. Maintenant. "

Posté par matata à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2017

Un sang si pur

Nouvelle figurant parmi les 5 lauréates

du festival Polar à la plage

de l'association Ancres noires

Extrait : " Madame Demeaux venait d'une riche famille de Rouen où les domestiques avaient la couleur du lait normand et la soumission distinguée nécessaire à leur condition. Ses parents la marièrent avec l'armateur du Havre, mariage qu'elle accepta de bonne grâce, puisque l'opulence et les richesses constituaient la base de son éducation. Le mariage fût donc de raison sans que les sentiments puissent s'y tracer une route, au grand dam de son époux "

Recueil disponible auprès de l'association Ancres noires

Posté par matata à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2017

Bello ciao

Nouvelle publiée dans le recueil collectif

"Résonances"

aux éditions Jacques Flament

18582093_1361996280532635_1213084729927350687_n

Extrait : " C'était moi qui étais de corvée pour vider les cendres. Si on ne le faisait pas, la cheminée tirerait moins bien, disait-il. Il avait sûrement raison. Mais je devais nourrir les lapins, les poules et les cochons, aller au lavoir, sarcler le potager sinon les patates ne passaient pas l'hiver. Alors quelquefois, je ne trouvais pas le temps de vider la cheminée. Ces jours-là, il me frappait. "

 

 Disponible sur commande : http://www.jacquesflamenteditions.com/301-resonances/

 

Posté par matata à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 mai 2017

La poule à Raoul

Nouvelle publiée dans le recueil collectif 

Meurtres au festival du livre de Charleroi

Aux éditions du  Basson

Résultat de recherche d'images pour "meurtres à Charleroi"

Extrait : " Chez Raoul...  Je ne sais pas qui est Raoul. Et je m'en tape. Toujours est-il que son hangar ressemblait à un lupanar qui aurait affiché « gratuit ». Ou à un resto avec panonceau « open bar ». Une bonne centaine d'individus avaient investi les lieux dans l'espoir de conter fleurette aux autochtones scribouillards. De la blonde peroxydée au vieux beau gominé en passant par le gamin la morve au nez, ils se pressaient aux abords des tables où s'empilaient tout ce que la gent littéraire carolo avait produit de meilleur. De la haute couture dans un cornet de frites."

Recueil en vente sur le site des éditions du Basson

 

Posté par matata à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2017

Ad vitam aeternam

Nouvelle parue dans le numéro 33 de la revue Dissonances 

 

Extrait : "Le vieux est mort il y a deux jours. Sa femme s’est approchée du lit pendant qu’il dormait et lui a donné un coup de masse sur la tête. Pourquoi ? Je n’en sais rien, c’est l’affaire des flics. Mais elle n’a pas nié son geste. Moi, mon boulot, maintenant, c’est de le rendre présentable à la famille. Sa fille, la quarantaine passée, m’a demandé de lui mettre le costume qu’il portait à son mariage. Étrange requête. Si son épouse le haïssait au point de lui broyer les os du crâne, pourquoi célébrer, post mortem, une union mortifère ?"

http://revuedissonances.com/gault-veronique-extraits/

Un avis dans la revue de poésie Décharge

 

 

Posté par matata à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2017

Arthur

Micro-nouvelle publiée dans la revue L'Inventoire

image-2

 

 

Posté par matata à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2017

Neiges éternelles

Nouvelle parue dans la Revue des Citoyens des Lettres

téléchargement

Extrait : "Par un espace laissé par une tuile manquante, elle regarda les toits de la ville couverts de neige. La nuit tombait et le ciel se teintait d'un gris sournois. Aucune lumière ne filtrait à travers les persiennes closes des appartements. Aucune fumée ne s'échappait des cheminées qui se dressaient vers le ciel, vestiges d'un confort passé."

Lire l'intégralité de la nouvelle

Posté par matata à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2017

Encore un petit verre ?

Nouvelle parue dans le recueil

PolarLens édition 2017

 

Polarlens21

 

Extrait : " Il est beurré, se dit Solange. Elle sort du frigo un Sauvignon qu'elle a acheté au Leader Price. Une promo en tête de gondole. Raide comme il est, il ne verra pas la différence. Et vas-y que je t'arrose le gosier. Dans le salon, elle entend que le Prime commence. Le mec, il lui a fait loupé son apéro-pizza-patates, il a sifflé les trois quart de la bouteille de Chablis, et il voudrait qu'elle lui file une rente pour une giclée de sperme dans les chiottes d'un vieux pub de Chelsea ? Rente, mon cul."

Posté par matata à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]