Véronique Gault

17 juin 2017

Un sang si pur

Nouvelle figurant parmi les 5 lauréates

du festival Polar à la plage

de l'association Ancres noires

Extrait : " Madame Demeaux venait d'une riche famille de Rouen où les domestiques avaient la couleur du lait normand et la soumission distinguée nécessaire à leur condition. Ses parents la marièrent avec l'armateur du Havre, mariage qu'elle accepta de bonne grâce, puisque l'opulence et les richesses constituaient la base de son éducation. Le mariage fût donc de raison sans que les sentiments puissent s'y tracer une route, au grand dam de son époux "

Recueil disponible auprès de l'association Ancres noires

Posté par matata à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 mai 2017

Bello ciao

Nouvelle publiée dans le recueil collectif

"Résonances"

aux éditions Jacques Flament

18582093_1361996280532635_1213084729927350687_n

Extrait : " C'était moi qui étais de corvée pour vider les cendres. Si on ne le faisait pas, la cheminée tirerait moins bien, disait-il. Il avait sûrement raison. Mais je devais nourrir les lapins, les poules et les cochons, aller au lavoir, sarcler le potager sinon les patates ne passaient pas l'hiver. Alors quelquefois, je ne trouvais pas le temps de vider la cheminée. Ces jours-là, il me frappait. "

 

 Disponible sur commande : http://www.jacquesflamenteditions.com/301-resonances/

 

Posté par matata à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2017

La poule à Raoul

Nouvelle publiée dans le recueil collectif 

Meurtres au festival du livre de Charleroi

Aux éditions du  Basson

Résultat de recherche d'images pour "meurtres à Charleroi"

Extrait : " Chez Raoul...  Je ne sais pas qui est Raoul. Et je m'en tape. Toujours est-il que son hangar ressemblait à un lupanar qui aurait affiché « gratuit ». Ou à un resto avec panonceau « open bar ». Une bonne centaine d'individus avaient investi les lieux dans l'espoir de conter fleurette aux autochtones scribouillards. De la blonde peroxydée au vieux beau gominé en passant par le gamin la morve au nez, ils se pressaient aux abords des tables où s'empilaient tout ce que la gent littéraire carolo avait produit de meilleur. De la haute couture dans un cornet de frites."

Recueil en vente sur le site des éditions du Basson

 

Posté par matata à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2017

Ad vitam aeternam

Nouvelle parue dans le numéro 33 de la revue Dissonances 

 

Extrait : "Le vieux est mort il y a deux jours. Sa femme s’est approchée du lit pendant qu’il dormait et lui a donné un coup de masse sur la tête. Pourquoi ? Je n’en sais rien, c’est l’affaire des flics. Mais elle n’a pas nié son geste. Moi, mon boulot, maintenant, c’est de le rendre présentable à la famille. Sa fille, la quarantaine passée, m’a demandé de lui mettre le costume qu’il portait à son mariage. Étrange requête. Si son épouse le haïssait au point de lui broyer les os du crâne, pourquoi célébrer, post mortem, une union mortifère ?"

http://revuedissonances.com/gault-veronique-extraits/

Un avis dans la revue de poésie Décharge

 

 

Posté par matata à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2017

Arthur

Micro-nouvelle publiée dans la revue L'Inventoire

image-2

 

 

Posté par matata à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 avril 2017

Neiges éternelles

Nouvelle parue dans la Revue des Citoyens des Lettres

téléchargement

Extrait : "Par un espace laissé par une tuile manquante, elle regarda les toits de la ville couverts de neige. La nuit tombait et le ciel se teintait d'un gris sournois. Aucune lumière ne filtrait à travers les persiennes closes des appartements. Aucune fumée ne s'échappait des cheminées qui se dressaient vers le ciel, vestiges d'un confort passé."

Lire l'intégralité de la nouvelle

Posté par matata à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2017

Encore un petit verre ?

Nouvelle parue dans le recueil

PolarLens édition 2017

 

Polarlens21

 

Extrait : " Il est beurré, se dit Solange. Elle sort du frigo un Sauvignon qu'elle a acheté au Leader Price. Une promo en tête de gondole. Raide comme il est, il ne verra pas la différence. Et vas-y que je t'arrose le gosier. Dans le salon, elle entend que le Prime commence. Le mec, il lui a fait loupé son apéro-pizza-patates, il a sifflé les trois quart de la bouteille de Chablis, et il voudrait qu'elle lui file une rente pour une giclée de sperme dans les chiottes d'un vieux pub de Chelsea ? Rente, mon cul."

Posté par matata à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2017

Aussi longtemps que les brutes iront par les chemins

Nouvelle parue dans "Le Deuxième Texte"

aux éditions des femmes d'à côté

à l'initiative des étudiants du Master 2

Métiers de l'édition Université Paris Sorbonne

COUV

Extrait : "Polly a un an de moins que moi. Elle est arrivée à Stephen's street il y a peu de temps. Elle est toute ronde avec plein de petites taches de rousseur sur les joues. Ses cheveux ont la couleur de ces oranges sanguines que mon grand frère épluchait quand j'étais petite, il y a longtemps. C'est son père qui l'a amenée ici. Anna lui a dit qu'elle garderait la moitié des dollars que gagnerait Polly".

Posté par matata à 17:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2016

Casting

Nouvelle publiée dans le recueil collectif 2016

de la ville de Neuilly-Plaisance

Afficher l'image d'origine

Extrait : 

  • Catherine ? répond Dieu, surpris. Ça faisait longtemps que tu n'étais pas venue au séminaire.

  • Oui, mais cette année, j'ai pas cours. Le séminaire tombe pendant les vacances scolaires.

  • Ok, je te file les... Catherinettes ? On va les appeler comme ça. Mais pas celles qui ont plus de vingt-cinq ans, faut pas exagérer. Ça te va ?

  • Parfait, Seigneur.

Posté par matata à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2016

L'année de La tendresse

Nouvelle publiée dans le recueil "Je, tu, ils, nous" 

aux éditions Anyway, dans le cadre de 

la journée internationale du handicap.

Afficher l'image d'origine

Les bénéfices seront reversés intégralement

à Handicap international

Je, tu, ils, NOUS - Papier

Ouverture des ventes le 03 décembre 2016

http://www.anywayeditions.com

Extrait : " Vous savez, poursuivit-il, l'amour et l'aventure, pour moi, c'est pareil. C'est comme un voyage. Ma mère dit quelquefois que ce sont mes deux mamelles ! Elle dit aussi que j'ai de la chance, parce que je suis né l'année de La tendresse, et que c'était comme si j'étais tombé dans une potion magique."

 

Un avis sur Les chroniques de Pez

Posté par matata à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]